Retour à la liste des artistes    
Localiser les ateliers
Saisissez un code postal
->

NACHIN Anne
80090 Amiens
Peinture Huile et pastels

Anne Nachin s'intéresse à la peinture depuis sa jeunesse mais elle s'est mise réellement à peindre à partir de 1990. Elle a fréquenté l'atelier de Jean Maerten, sociétaire du Salon d'Automne et du Salon des Artistes français 
Attirée d'abord par l'abstraction, elle s'en est dégagée en s'adonnant à une figuration transposée. Sa peinture comporte toujours des éléments de la réalité mais repris dans une atmosphère imaginaire avec des couleurs vives de sorte qu'elle nous entraîne dans un monde poétique.  

ANNE NACHIN

.  Dès mon enfance, j’étais intéressée par les paysages. Mais comment les voir ?    C’était la guerre de 39-45, dans le Pas de Calais, le paysage était réduit à la cour de l’école,  au jardin, aux  champs   voisins, aux glaneurs et aux livres d’école aux si petites images.

Un flash à dix ans : je suis surprise par l’institutrice en train de dessiner mon premier paysage, avec des superpositions de plans, en partant du sol, avec des coloris bruns doux, inspirés par l’argile, et un ciel déjà lumineux.

En 1947, j’arrive à Paris. Je visite les musées et j’écoute les commentaires de mes professeurs de dessin.Une adepte de Picasso me dit : « c’est beau ce que tu fais, c’est drôle ». C’est déjà une source d’émulation : le regard de l’autre , suivi d’un commentaire. Ma culture picturale commençait d’emblée avec Picasso. Les Impressionnistes étaient toujours appréciés mais pour nous, les jeunes qui sortions de la guerre, nous étions entraînés vers des tableaux où la force était présente ainsi que la laideur.

Picasso disait : « Chaque chef d’œuvre vient au monde avec une dose de laideur en lui, cette laideur est le signe de la lutte du créateur pour dire une chose nouvelle de façon nouvelle ». D’où « Les demoiselles d’Avignon » qui marquèrent ma jeunesse. A la fois, je les ai aimées et détestées, mais cette représentation en trois dimensions bousculait la représentation classique et ouvrait la possibilité d’une peinture où l’on  sentait le combat et les émotions exacerbées. Une nouvelle forme d’expression était née. Picasso a libéré notre génération. Mais un autre  grand peintre , que Picasso admirait, Cézanne, nous a beaucoup apporté.  J’ai retrouvé Cézanne en parcourant les forêts du Lubéron et en suivant comme lui, « les ronds, les cônes , les cylindres au sein même de la nature ». Cézanne disait : «  Il ne faut pas reproduire la nature mais la représenter avec des éléments de formes et de couleurs » .». « Des éléments de forme », je les ai cherchés quand je me suis mise à peindre à partir de 1990.  

Entre mes découvertes scolaires et 1990, j’ai accumulé les visites d’exposition à Paris et en province. Jeune, j’avais découvert Van Gogh et  j’étais subjuguée par ses jaunes vifs. Kandinsky m’a enchantée. Chagall a contribué à libérer mon imagination car tout danse chez lui : les formes humaines, animales et matérielles. C’est un peintre de la joie. 

 Quel projet avez vous dégagé à partir de ces sources ?

Ce que je voulais essayer de réaliser à travers ma peinture, c’était de raconter une histoire où les formes et les couleurs se mêleraient pour créer un paysage imaginaire où la vie serait au premier plan. Mes premières gouaches exploraient la genèse de la vie, des germinations,  reprises à l’huile pour aboutir à une série d’huiles consacrée à des fleurs fantastiques (1994).

La même année, je rencontre l’œuvre du Douanier Rousseau qui me séduit, unissant force et naïveté et je peins plusieurs toiles d’animaux dans la jungle.

En 1998, je peins un « Hommage à Cézanne » à partir d’une de ses toiles.

En 1999,  je vois  se profiler à  l’horizon mon amour  des arbres  et de la  vie  entre les branches . J’ai peint un « Jardin aquatique » et une forêt imaginaire.

En 1999 toujours, je rencontre au Musée de beauvais l’œuvre d’un peintre régional, Zoum Walter. Elle me donne l’envie de dépasser fleurs, jardins et arbres et de créer réellement un paysage avec sol, collines et ciel. Ce sera les huiles, « Ciel de printemps », « Ciel d’orage » et une gouache, « Ciel de neige ».

En 2002, une huile, « La campagne picarde » est le premier tableau que j’ai réalisé sans m’inspirer d’un autre tableau ou d’une photo. J’ai d’abord constitué le sol planté d’arbres, puis au deuxième plan, un herbage. Ensuite, j’ai situé les maisons, les arbres et les fleurs et, de plan en plan, je suis arrivée à la ligne d’horizon avec un ciel de printemps.

En 2003, je lis Survage et je découvre une nouvelleconception de la représentation de l’espace. Les arbres pénètrent dans les maisons. La couleur, elle aussi, découpe l’espace. Je vis une nouvelle façon de présenter le paysage urbain.

En 2004, j’expérimente l’idée de changer la ville et ses facades. C’est la série des huiles « Ville,"

En 2005, les huiles  « L’arbre sur la ville »  et « Paysage naïf » intègrent les idées de Survage et nos préoccupations écologiques actuelles. Un arbre avec oiseaux domine la ville qui se serre contre lui. 

 A partir de 2006, le sous-sol apparaît aussi dans mes tableaux, peut-être inspirée par les fouilles archéologiques  nécessitées par chaque nouveau chantier de construction amiénois.

De 2005 à 2008, j’expose au Salon des Indépendants, puis  avec les indépendants à Art Capital, de grandes huiles, « Entre ciel et terre » (1mx0,84), « La montagne rouge » (1mx1m), « Le village magique » (1mx1m), « Le grand paysage » (1mx1m).

« La montagne rouge » est l’occasion d’expliciter ma façon de faire : le sous-sol est riche d’éléments variés ; le sol est habillé de monuments très décorés ; les collines s’étageent avec arbres et villages ; la montagne rouge qui se dresse évoque la nouvelle peinture chinoise.

 La peinture de Klimt, vue à Paris et à Vienne, enrichit beaucoup ma peinture  par son aspect décoratif avec l’ajout de détails géométriques, floraux et animaux. C’est net dans les huiles, « Le village magique », « Fleurs et animaux » et « Les grandes fleurs ».

La peinture de Combas, rencontrée en 2007 en Bretagne, à Qimperlé, évoque pour moi une nature dévorante (avec l’idée du bien et du mal). Elle m’a inspiré l’huile , « Forêt de fleurs ».

 En 2007, deux peintures à l’huile  de paysages du Sud résument l’influence qu’a exercé sur moi un peintre contemporain, Larrieu. La nature s’enrichit et fait plaisir à voir.

En 2008, deux peintures à l’huile, « paysage ocre et rouge » et « Paysage ocre et rose », naïfs et très colorés.

J’ai ouvert l’année 2009 par un paysage de falaise (huile, F15), riche en couleurs. Après plusieurs tableaux consacrés aux falaises de la Manche, le thème de la falaise reparaît pour la cinquième fois sous la forme des « Hauts de Provence ».

retour à la liste des artistes

NACHIN Anne, 80090 Amiens

Les coordonnées ne sont pas affichées sur Internet pour des raisons de sécurité. Pour les obtenir par retour d'email, merci de remplir le formulaire ci-dessous :


CNIL Informations sont destinées exclusivement à permettre la mise en relation avec les artistes du réseau, par mail ou par téléphone. Le présent site a fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le n° 1418298.Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données personnelles(art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez-vous aux Solutions Créatives - 75001 PARIS - 5 rue de Turbigo

NACHIN Anne, 80090 Amiens

Pour obtenir un rendez-vous à l'atelier ou prendre contact avec l'artiste merci de remplir le formulaire ci-dessous :


CNIL Informations sont destinées exclusivement à permettre la mise en relation avec les artistes du réseau, par mail ou par téléphone. Le présent site a fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le n° 1418298.Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données personnelles(art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez-vous aux Solutions Créatives - 75001 PARIS - 5 rue de Turbigo

NACHIN Anne, 80090 Amiens

Pour prendre contact avec l'artiste, merci de remplir le formulaire ci-dessous :


CNIL Informations sont destinées exclusivement à permettre la mise en relation avec les artistes du réseau, par mail ou par téléphone. Le présent site a fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le n° 1418298.Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données personnelles(art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez-vous aux Solutions Créatives - 75001 PARIS - 5 rue de Turbigo

Votre demande a été correctement traitée.

Vous ne pouvez faire que 10 demandes de coordonnées d'artistes par jour. Si vous souhaitez communiquer avec un grand nombre d'artistes simultanément, merci de prendre contact avec psm@ateliers-artistes.com en expliquant la nature de votre demande.

Vous êtes artiste?

Vous recevez du public à votre atelier ou votre espace d'exposition, en continu ou sur rendez-vous ?

Vous souhaitez dynamiser votre action et augmenter le trafic sur votre point de vente ? Rejoignez le guide des ateliers d'artistes.

Pour connaître les conditions d'inscription, merci de bien vouloir remplir le formulaire ci-dessous.

CNIL Informations sont destinées exclusivement à permettre la mise en relation avec les artistes du réseau, par mail ou par téléphone. Le présent site a fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le n° 1418298.Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données personnelles(art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez-vous aux Solutions Créatives - 75001 PARIS - 5 rue de Turbigo

Nous vous remercions pour cette demande d'information.

Vous trouverez toutes les informations utiles sur :

www.visual-arts-explorer.net

Sponsors & Partenaires
VISUAL ARTS EXPLORER
Le moteur de recherche des arts visuels
cliquez ici
Répertoire des salons et biennales
cliquez ici
Texte critique :
Rédaction de texte critique ou préface
cliquez ici
    
Liste alphabétique  EditerInformations éditeur